mercredi 24 mai 2017

L'appel du 6 Juin

Toutes les Folandes sont occupées par l'envahisseur : les colonialistes, les financiers, les machos, les esclavagistes, les bigots, les pudibonds, les pénibles de tout poil, tous ceux qui défigurent l'amour en en faisant quelque chose de sale et de honteux... 



Toutes ? Non ! Une vaillante tribu, les friponnes, résiste encore et toujours à l'envahisseur, et entend porter partout la voix de la liberté, de la joie de vivre et de l'amour ! Viendrez-vous rejoindre ses rangs ?

Et n'oubliez pas : nous sommes les gentils ! Ne tuons pas nos adversaires, baisons-les ! (Ca évite au meujeu d'avoir à en inventer de nouveaux : on recycle même les méchants !)

Le financement participatif pour l'édition de Friponnes RPG, je-jeu-de-rôle-qui-met-de-bonne-humeur aura lieu du 6 juin au 10 juillet 2017. 



L'adresse de la page du financement participatif (qui sera ouverte au public le 6 juin) sera https://fr.ulule.com/friponnes-rpg/

dimanche 7 mai 2017

Des financements à ne pas manquer

Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas vous parler de Friponnes RPG, le jeu de rôle qui met de bonne humeur.

Mon très honorable ami Bastien "Acritarche" Wauthoz, fan de Friponnes,  a initié il y a quelques temps déjà un financement participatif sur Ulule pour un supplément à Dungeon World nommé "En Terres Sauvages"mais tout à fait utilisable avec d'autres systèmes (sinon, il pourrait toujours se gratter pour avoir mon bon argent).

Ca se termine dans cinq jours et il reste des paliers à décrocher pour avoir des cartes de découverte supplémentaires.


L'autre financement qui me parait vraiment intéressant est celui initié par Guillaume Tavernier, un illustrateur qui fait pétiller mes pupilles à chacune de ses publications.

Il propose un artbook réunissant plans et PNJ et c'est de toute beauté et, de plus, très utilisable.

C'est aussi à ne pas manquer !



lundi 1 mai 2017

Friponnes RPG : Synopsis elfiques...

Tout d'abord, quelques nouvelles : Le livre de base à désormais sa forme définitive, nous en sommes au stade des relectures et corrections. C'est un bel ouvrage de 372 pages. Le travail est donc bien avancé !

Dans le livre de base de Friponnes rpg, tout une section est consacrée à des synopsis de scénarios, dans les différentes civilisation des Folandes. 

Voici ceux prévus chez les elfes, que mon éditeur trouve savoureux... et vous ?


‒ Une riche famille elfe finance une expédition sur Sombrerive pour disperser les cendres d’un de ses membres respectés. Malheureusement, un sorcier intéressé par les cendres est sur la piste des friponnes et va leur causer pas mal de soucis, par exemple brûler le bateau qui doit les ramener ou prévenir les sangrelins.
‒ Un mage elfe, partant de l’idée que les sangrelins seraient plus vulnérables sans l’aide des démons, veut signer un pacte avec un prince-démon pour que ce dernier, moyennant un prix (forcément élevé), pousse ses petits camarades à abandonner les sangrelins. Naturellement, rien ne va se passer comme prévu.
Variante : le mage elfe est malin et retors et ne voit là qu’un moyen de dresser les démons les uns contre les autres.
Variante : il est fou car désespéré (« Que ce monde périsse comme a péri Îlheureuse ! ») et cherche vraiment à créer une catastrophe. Bien sûr, sa famille va chercher à le protéger.
Variante : il est manipulé par des vraiment méchants : une secte d’assassins/les SSV (services spéciaux verougues)/un démon/un sorcier – sangrelin ou non –/un autre membre de la famille légèrement psychopathe (rayer les mentions inutiles).
‒ Une dame elfe (Alysia Qyandrin) d’une famille très riche, très puissante et très réputée veut se marier avec un membre d’une famille pauvre et en voie d’extinction à laquelle plus personne ne veut s’affilier. Les friponnes sont chargés par le chef de la famille de cette dame de comprendre ce qui se passe et/ou d’empêcher ce mariage, quitte à ramener l’intrigante par la force, à moins que la famille d’accueil leur demande de protéger l’affiliée.
Variante : il s’agit d’un plan inconnu du commanditaire des aventuriers pour la mettre à l’abri, sa famille d’origine ayant quelques soucis avec des vraiment méchants (voir variante du scénario précédent)
Variante : en réalité, elle est follement amoureuse de la sœur de son époux et s’affilier à cette famille est pour elle le moyen de vivre sous le même toit que celle qu’elle aime. Que feront les friponnes quand elles vont apprendre tout cela ? Le chef de la famille d’origine d’Alysia n’est pas du tout prêt à accepter cela. À elles de trouver les bons arguments ou des moyens de les convaincre.
Variante de la variante : une tierce personne a eu vent de toute l’affaire et fait chanter la jeune amoureuse.
Variante de la variante de la variante : cette tierce personne est assassinée et les friponnes (membres du guet ?) doivent comprendre pourquoi.
Disposition accessoire : la nouvelle famille d’affiliation d’Alysia est parfaitement au courant et la protégera envers et contre tout, soit parce cet amour est sincère et les émeut, soit parce que la dot d’Alysia constitue un lot intéressant, soit pour les deux raisons.
‒ Un elfe décide de nettoyer le quartier où il réside de toute la racaille humaine qui nuit à sa tranquillité et à son sens de l’esthétisme : voleurs, prostitué(e)s, marchands à la sauvette, bouchers, etc.
Variante : c’est du moins ce que des vraiment méchants (voir variante des scénarii précédents) veulent faire croire dans le but de provoquer des incidents.
Variante de la variante : non, il y a vraiment un ou plusieurs elfes dans le coup et il veut faire endosser tout ça aux vraiment méchants ou faire croire que ces derniers sont les seuls coupables. En résumé, un manipulateur qui manipule (ou finance) des manipulateurs qui manipulent un (ou plusieurs) sales cons racistes.
‒ Un Servant de l’Unique a été payé par une famille pour escorter une jeune dame vers son promis, un membre d’une riche famille à l’autre bout des Folandes. Tout ce bon monde a disparu sur le chemin. Les friponnes doivent enquêter.
Variante : le Servant et la dame sont tombés amoureux et se sont barrés.
Variante de la variante : c’est un coup d’un Édrulain pas très gentil (ben oui, c’est l’exception qui confirme la règle) ou d’un autre méchant qui veut discréditer les Servants auprès des elfes. Comme il répugne à les tuer, il a fait le nécessaire pour qu’ils tombent vraiment amoureux et s’isolent dans un coin perdu (une île des Millîles).
Variante de la variante : et pourquoi pas un Servant un peu trop droit dans ses bottes, qui n’aime pas les elfes, et qui les aurait supprimés sans autre forme de procès ?
Variante de la variante : voire un membre d’une autre famille, pas forcément ravi de l’alliance qui s’annonce.
Variante des variantes précédentes : voire un membre des SSV (Services Spéciaux Verougues), toujours heureux de mettre la merde, et de mettre ça sur le dos des Édrulains, des Servants, ou d’une autre famille.

mercredi 26 avril 2017

Friponnes RPG : Miato, Ville des Hommes-Chats

Un exemple de description d'une ville dans Friponnes rpg : Miato, une ville de kitlings (hommes-chats)

Dans Friponnes rpg, une partie très importante du livre de base (176 pages sur 372 au total) sera consacrée à la description de l'univers, qui est extrêmement riche : des dizaines d'îles, chacune abritant une et parfois plusieurs civilisation. Chaque civilisation est décrite par deux pages de tableau récapitulatif, et très souvent par un texte descriptif. À titre d'exemple, vous trouverez ci-joint la description de la ville de Miato sur l'île d'Entreville.


Miato, ville des Hommes-Chats

Texte présenté à l’académie de Lanareta par Yomane, érudit, membre émérite de l’université

Miato est une des villes les plus étranges qu’il m’ait été donné d’étudier. Nous connaissons tous les hommes-chats, que certains appellent kitlings, même s’ils sont assez peu nombreux dans notre bonne ville. En effet, il a été depuis longtemps attesté qu’ils viennent du sud et il semblerait que le climat humide et frais de nos contrées ne leur sied guère. Nous savons qu’ils sont généralement peu portés aux travaux de force, pas plus qu’à l’agriculture et qu’ils se révèlent assez indisciplinés à la guerre, tout en étant de redoutables combattants quand leur vie ou celle de leurs proches est en danger...

Miato est située sur l’île d’Entreville, dans les terres, quelque part entre Havredoux et BeauxMâts. Ces deux cités sont rivales depuis toujours et les gens de Miato ont su, avec beaucoup de tact, se concilier les bonnes grâces des gens de l’une et de l’autre. Même si j’incline à penser qu’ils se sentent plus proches par l’esprit des Havredouciens, ils ne peuvent ignorer les riches habitants de BeauxMâts avec lesquels ils font commerce.

Dans les forêts immenses et dangereuses du lointain sud, au delà des Folandes, mon regretté collègue et ami Jikupogue s’est trouvé face à des kitlings sauvages et n’a survécu que le temps d’écrire quelques phrases obscures évoquant des jeux extrêmement cruels où les kitlings lacéreraient à coup de griffes de pauvres êtres tombés entre leurs mains avant de les dévorer crus. Il va de soi que les gens de Miato ont su dominer ces instincts animaux depuis longtemps pour faire de leur cité un endroit extrêmement agréable où mon séjour, quoique motivé par des raisons scientifiques, a été aussi agréable que possible.

Miato n’est pas une très grande ville. J’estime sa population à 25 000 personnes auquel il faut ajouter de nombreux voyageurs de passage. Les terres aux alentours de la ville sont riches et peuplés de paysans qui, chaque matin, viennent au grand marché qui se tient aux portes de la ville vendre les fruits de leurs travaux. Les kitlings ont poussé au paroxysme l’art de marchander et les paysans, las de se faire rouler, ont su se grouper aux corporations et imposer des prix minimum en dessous desquels il est interdit de vendre, sous peine d’exclusion du marché.

Ce marché est un vrai régal pour les yeux. On y trouve de tout : légumes et fruits de la région, poissons hors de prix des pêcheurs de BeauxMâts qui n’est qu’à une nuit de cheval, poissons des rivières environnantes, fruits de la chasse de la forêt proche et surtout objets artisanaux façonnés par les artisans de la ville. Les kitlings excellent dans l’art de tisser les plus beaux tissus et de confectionner des vêtements magnifiques. L’élégance semble être le premier souci des gens de Miato. Les plus désargentés d’entre eux sont capables de ne pas se nourrir durant plusieurs jours pour une belle chemise ou une paire de beaux souliers.

La ville est concentrée sur un espace assez réduit. Les maisons sont construites en bois, paille et terre, sur plusieurs étages. Leurs toits sont plats et les escaliers sont extérieurs car les lieux de vie des familles se situent généralement sur un seul étage. Ces toits sont une ville dans la ville. On y trouve de nombreux pigeonniers – les kitlings raffolent du pigeon rôti –, de petites jardinières où poussent des herbes étranges que les kitlings aiment à fumer dans de longues pipes ainsi que des plantes médicinales et aromatiques. On y trouve aussi de larges banquettes où les kitlings aiment s’endormir au soleil, nus dès que la température l’autorise, ce qui est souvent le cas à Miato.

Les toits, mais aussi les escaliers de chaque coté des rues, sont reliés entre eux par de fines poutres en bois dont la largeur n’excède pas un demi-pied. Pour ceux qui comme moi souffrent du vertige, emprunter de tels passages relève du calvaire. Je fus l’objet d’aimables moqueries devant l’appréhension dont je fis preuve sur ces passages mais je trouvai toujours une main secourable pour m’aider à les franchir.

La ville est dirigée par le Chatlife Haroun el Pouchat, célèbre dans toutes les Folandes pour sa bonhomie, sa courtoisie, son embonpoint et sa capacité à dormir plus de 18 heures par jour ; mais quand il est réveillé, ce souverain débonnaire est fort doué et administre sa ville avec habilité. Son peuple le chérit et cela est mérité, car Haroun el Pouchat est un souverain juste et bon

...Il me faut maintenant parler de l’organisation familiale et de cette coutume étrange qui attire tant de gens venus de loin. Au préalable, je dois avertir le lecteur de bonnes mœurs qu’il sera probablement surpris et choqué par ce qu’il va lire et donc lui conseiller de ne pas continuer sa lecture si sa morale le lui interdit.

Les dames de Miato sont très belles. Leurs visages fins, leurs grands yeux verts, bleus ou dorés, la douceur du duvet de leur joues attirent le regard. De plus, elles sont impudiques et provocatrices, vêtues de robes courtes et légères aux décolletés profonds. Elles n’hésitent pas à interpeller l’étranger pour l’emmener dans les endroits les plus agréables de la ville, moyennant quelque cadeau et parfois même pour le seul plaisir de la compagnie.

De leur lointaine ascendance féline, les hommes-chats ont conservé l’habitude de ne point rester auprès de leurs compagnes après que celles-ci se soient données à eux. Dans le passé, cela n’allait sans poser problème, car ces pauvres dames laissées seules en compagnie de leurs bébés avaient parfois le plus grand mal à survivre.

Il faut en effet savoir que, plusieurs fois par an et durant une quinzaine de jours, la femme-chatte est prise de langueurs qu’elle ne peut contrôler qui lui font rechercher de façon absolue et impérative un mâle à qui accorder ses faveurs. Immanquablement, un ou deux bébés naissaient de cette union et les familles croissaient de façon dramatique.

Cela dura jusqu’au jour où une dame de Miato se donna à un humain de passage. Elle dut trouver ce monsieur à son goût, d’autant plus que leur union fut stérile. Depuis, les dames de Miato ne s’offrent aux messieurs de la ville que lorsqu’elles désirent des enfants. Dans les autres périodes où elles sont en état d’amour, elles proposent aux hommes (ou elfes, mais beaucoup plus rarement aux nains et aux hommes-loups) de passage, moyennant quelques subsides, de passer un moment délicieux en leur compagnie.

Cela n’a rien à voir avec de la prostitution et a contribué à ramener la démographie galopante à des proportions acceptables. Dans un esprit purement scientifique, j’ai accepté la proposition d’une dame. Quelle délicieuse nuit ce fut ! Je subis avec bonheur un tourbillon de tendresse, une tornade de baisers, un flot ininterrompu de caresses, qui me laissa plus pantelant qu’une longue course à cheval. Certes, cela me coûta fort cher mais la science ne doit reculer devant aucune dépense !

La prospérité de Miato a donc deux origines, l’habileté de ses artisans et la science des arts amoureux de ses dames. J’encourage tout voyageur, pourvu que sa bourse soit bien garnie, à s’y rendre. Il ne le regrettera pas...





Les kitlings ont été créés à l'origine par Alexandre "Kobayashi" Jeannette pour son jeu Tranchons & Traquons. Merci à lui de nous permettre de les mettre en scène dans les Folandes

dimanche 23 avril 2017

Friponnes RPG - Blondain Balagne

Pour recruter certains alliés, les Edrulains doivent parfois réaliser de vrais exploits : sortir des prisonniers de geôles réputées inexpugnables, soigner des malades incurables, dissuader les agents de recouvrement de certains usuriers d'insister...

Celui-là, ça n'a pas été difficile et ce fut même agréable...

Je ne crois pas vous l'avoir déjà dit, mais :
  • Tous les personnages, mêmes les messieurs, sont appelés "Friponnes" dans le jeu
  • Tous les prétirés sont créés de façon partielle (comme le sont les personnages dans le jeu, d'ailleurs) : on ne définit que 2 traits sur 4, 3 atouts sur 6. C'est au joueur de fixer les autres au cours de la partie, au moment le plus opportun : "Mais bien sûr que ma friponne sait faire ça !". Cela évite les compétences inutiles, faut gagner du temps lors de la conception et, si on utilise des prétirés, laisse le joueur personnaliser sa friponne. Ainsi, d'une partie à l'autre, il n'y a pas deux Blondain Balagne identiques !


mercredi 19 avril 2017

Friponnes RPG - Pages d'introduction

Et voici les trois pages d'introduction du jeu définitif qui sont aussi celle du kit d'initiation.




vendredi 14 avril 2017

Friponnes RPG - Nalarana, Edrulaine, spécialiste de l'infiltration

Et oui, on continue le teasing avec Mademoiselle Nalarana (qui ne se vexera pas si vous l'appelez Nala), une charmante petite ranatok membre de la Confrérie des Edrulains (Les mentors des Friponnes). Et oui, on peut désormais jouer des Ranatoks dans Friponnes RPG !

Note : Cet extrait du jeu à venir diffère légèrement de celle présente dans le kit d'initiation. Et oui, on continue à bosser, Messieurs et Mesdames !

Il y aura (au moins) 20 personnages prétirés dans le jeu définitif. Je continuerai à vous en présenter certains d'entre eux dans les semaines à venir. Stay tuned !

Ce personnage est dédié à M. Chewba, car il sait bien pourquoi !


Face aux démons et la Ballade de Fronin publiés chez Stellamaris

En plus de souquer ferme pour faire avancer Friponnes RPG, Michel Chevalier, l'éditeur stakhanoviste de Stellamaris a décidé d'éditer mes deux romans, la ballade de Fronin et Face aux démons. Et ça me fait sacrément plaisir !

Ils sont désormais disponibles chez l'éditeur (et, théoriquement, vous pouvez les commander dans votre librairie favorite).


Que vous dire ?

Ce n'est pas un exercice facile de parler de ses écrits...

J'ai écrit les romans que j'avais envie de lire, des romans positifs sans être mièvres, porteurs d'une utopie rafraîchissante avec des héros humains et attachants.

Précisons que ces deux romans peuvent être lu indépendamment l'un de l'autre, même si La ballade de Fronin précède Face aux Démons. Le premier ne se termine pas sur un abominable cliffhanger. On peut commencer par l'un ou par l'autre, ce ne sera pas la même expérience.


dimanche 9 avril 2017

Friponnes RPG : Tomber amoureux

Suivant en cela l'exemple de Michel Chevalier sur un réseau social fort connu mais que, pour ma part, j'apprécie peu, je me propose de publier régulièrement des extraits de Friponnes RPG.

On commence, par, ça va de soi, "Tomber amoureux" :

Tomber amoureux à Friponnes rpg (vers la page 53 du futur libre de base) :
Une partie de Friponnes rpg où le joueur la friponne ne tombe pas amoureuse n’est pas une partie de Friponnes totalement réussie.
Il n’est pas forcément nécessaire de faire appel à des règles pour cela, cela peut être joué à l’instinct : Il peut décider de tomber fou amoureux sans lancer de dé. Cela lui rapportera un, voire deux, points de peps, mais il y a un revers de la pièce : la friponne amoureuse n’aura désormais pour seul et presque unique but de passer le plus de temps possible auprès de l’aimé(e), de lui déclarer sa flamme et pourra avoir une condition, voire un aspect libre « cœur brisé » ou « les Libreterrannes sont toutes des sa***es » si l’objet de sa flamme n’est pas plus d’accord que ça pour vivre le grand amour.
S’il veut toutefois faire intervenir le hasard, il peut jeter un ou plusieurs dés pour voir s’il tombe vraiment fou amoureux (“ Oui, et ”), s’il s’agit d’un petit béguin (“ Oui ”) ou pas du tout (résultat entre “ Non, mais ” et “ Non, et ”)… Pour fixer le nombre de dés à lancer, tenir bien sûr compte de l’aspect “ En amour ” du PJ, de ses traits : un PJ avec un trait “ Calme ” ou “ Posé ” aura sûrement un dé de malus.
Note : Une source de rebondissements inépuisable, dans les Folandes, vient des différences entre les civilisations : un Borênan confronté aux Libreterrans ou aux Rahajidans sera choqué mais aussi fort captivé par ces dames (ou ces messieurs) aux mœurs étranges mais si agréables.


Illustration de Lady Jahyra

vendredi 7 avril 2017

Friponnes RPG - Le kit d'initiation est disponible (et un peu de buzz...)

Et oui, il est là ! Joie, exaltation, gratitude !



Voici donc, publié chez Stellamaris, le meilleur éditeur du (bout du) monde, le kit d'initiation de Friponnes RPG  le meilleur jeu de rôle du monde (pour jouer dans les Folandes).

Le terme "kit d'initiation" est peut-être impropre car il s'agit déjà d'un jeu complet avec des règles simplifiées de création de personnage, de Magie, deux scénarios complets et huit prétirés illustrés. Bref, tout ce qu'il faut pour démarrer et jouer pendant quelques longues soirées.

Il est téléchargeable gratuitement au format pdf. Oui, nous (Stellamaris et moi) sommes bons et généreux, ce qui est la moindre des choses pour des éditeur et auteur d'un jeu fustigeant la cupidité...

Et maintenant, me direz-vous ?

Le jeu final fera l'objet d'un financement participatif avant ou après l'été (2017).

Sa rédaction est quasi-achevée. Il ne me reste plus qu'à terminer les conseils aux joueurs et (soupir), relire, corriger, relire, corriger, relire, corriger, relire, corriger.bis répétita, ad nauseam...

Et que comprendra-t-il ? A quoi peut-on s'attendre ?

Avec nous, à tout...

Plus sérieusement, le jeu final devrait faire autour de 370 pages, richement illustré (plus ou moins en fonction du succès du financement, à vrai dire, mais je vous fais confiance et vous rappelle à quel point je vous aime, ô mes zélés fans !) et comprendra une riche introduction avec plein de conseils, les règles du jeu avec quelques nouveautés sympathiques au niveau de la Magie (sorts légendaires, domaines de sorcellerie, ...), une description du monde très complète (175 pages, un vrai guide du routard des Folandes), trois scénarios, suffisamment de synopsis pour des dizaines de sessions de jeu, 20 prétirés tous illustrés, un glossaire très complet, cinq nouvelles très friponnes...

Parmi les paliers de financement, nous prévoyons bien sûr des illustrations, des cartes (les fameuses cartes friponnes qui savent si bien épicer les parties), un ou plusieurs scénarios supplémentaires, peut-être une ou deux  nouvelles complémentaires, des fiches de PNJ qu'on peut poser sur la table de façon à que l'illustration soit visible côté joueurs et les caractéristiques côté MJ...

Pour garder un livre d'un poids et d'un coût raisonnables et préserver les arbres, ces suppléments seront fournis au format pdf.

Bien sûr, en cas de réussite exceptionnelle, si on casse la baraque, on trouvera d'autres idées !

Et ce n'est pas fini. Une campagne est en cours d'écriture où vos friponnes auront pour mission d'anéantir le complexe militaro-industriel verougue (pas moins ) en neuf scénarios plus épiques les uns que les autres. Ils se déroulent tous sur des îles différentes. Du tourisme (très) aventureux, en somme !

lundi 3 avril 2017

Liens cassés !

Un aimable visiteur (merci à lui) m'apprend que les liens sont cassés.



C'est pas moi, M'dame, c'est la faute à Dropbox ! Ces &#@¤£! ont supprimé les possibilités de partage du dossier Public et, forcément, tous mes liens se retrouvent comme étant inaccessibles.

Je vais donc migrer vers un autre environnement en espérant que tout se passe bien.

Tout cela va mettre un certain temps. Depuis que ce blog existe, j'ai quand même publié un certain nombre de documents...

Si vous avez besoin de quelque chose rapidement, laissez-un petit commentaire.

Merci de votre compréhension.