lundi 16 mai 2016

Fripon(ne)s RPG, livraison de mai 2016

On voit que c'est un long week-end à la maison, j'en profite pour mettre à disposition quelques mises à jour.

Photo de Benny trouvée sur Flickr

Sur les règles principales, pas grand-chose : quelques corrections orthographiques et de style, quelques phrases reformulées, l'ordre des chapitres un peu modifié. Je trouve assez épatant que ce livret de règles fasse 69 pages sans que j'ai cherché à le faire exprès...

Par contre, j'ai modifié les règles de magie, en introduisant la possibilité pour un mage d'échouer dans le lancement de son sort plutôt que de prendre un retour de pouvoir. Je trouvais frustrant qu'un mage qui échoue dans le lancement de son sort prenne systèmatiquement un retour de pouvoir, même quand il s'agit de laver des chaussettes sales ou de réparer un objet cassé. Là, il perdra du temps et de l'énergie.

De plus, l'échec, en termes de jeu, peut amener des conséquences amusantes car, au delà du simple échec, on peut imaginer que le sort amène des conséquences totalement inattendues.

J'en ai profité pour ajouter les définitions de deux domaines : Immobiliser et Immatérialité.

Pour chaque domaine, j'ai également précisé les règles de portée et celles sur les jets de protection, et ajouter une règle pour que le fait de s'en prendre à de grands mages par magie soit vraiment, vraiment risqué !

Bien sûr, toutes vos remarques et suggestions sont les bienvenues.

Et si vous avez d'autres sources pour des photos de jolies dames en CC comme celle qui accompagne ce billet, je suis preneur !


dimanche 15 mai 2016

Libérez Augustine : un scénario pour Fripon(ne)s RPG

Dans mon billet précédent, je disais la difficulté que j'avais à écrire des scénarios pour Fripon(ne)s RPG, le-jeu-qui-met-de-bonne-humeur.

Il s'agit donc de libérer Augustine, une jeune et jolie jeune fille aux mains d'un affreux marchand. Rien de très classique, au moins dans Fripon(ne)s, mais ce scénario fonctionne bien. (Enfin, il a bien fonctionné au moins une fois !)

Photo de Kostya Romantikov sous licence CC, trouvée sur Flickr 
Je me décide donc à sauter le pas et à vous le livrer à votre sagacité. Bien sûr, si vous avez envie de le jouer (et je ne peux que vous le conseiller), je vous invite à le lire ... après l'avoir joué avec moi.

Je ne doute pas que d'aucuns parmi vous risquent de le trouver incomplet. Mais on touche là à un principe du jeu, à savoir l'absence de situations prévues à l'avance. Dans un scénario traditionnel, le MJ prévoit un certain nombre de scènes et les joueurs jouent la majeure partie de ces scènes, souvent dans un ordre prévu par le MJ.

Dans Fripon(ne)s, rien de tout cela : une situation de départ, une liste de PNJ et de lieux, et c'est tout. Au MJ et aux joueurs d'assembler le tout, à grand coup de dépenses de points FU pour ces derniers.

Ce n'est pas un plat tout fait que je vous livre, mais simplement les ingrédients.

Le scénario comporte 8 prétirés (partiels) mais vous êtes bien sûr libres de le faire jouer avec vos PJ habituels !

Voici donc le scénatio, au format PDF. Bien sûr, tout retour est le bienvenu

lundi 25 avril 2016

Fripon(ne)s RPG ou la liberté de jouer et pourquoi je n'arrive pas à fournir de scénarios pour ce jeu...

Hier soir, j'ai eu le plaisir de faire une des meilleures parties de Fripon(ne)s RPG depuis la création de ce jeu.

L'idée de départ était toute simple et fort classique : devoir libérer une jeune femme devenue magesclave d'un vil marchard. Cet affreux partageant son (immense et somptueux) hôtel particulier avec le maîtremage, il était hors de question pour un mage, fut-il Edrulain, de s'approcher de la maison pour délivrer la magicienne.

On justifie ainsi le fait qu'aucun des PJ présents ne pouvait être magicien,ce qui est toujours plus
simple dans une partie d'initiation.

J'avais fait le choix de proposer aux joueurs des joueurs des personnages partiellement pré-tirés, à savoir que les feuilles de personages étaient incomplètes (2 traits sur 4, 3 compétences sur 6, Aspect "En amour" laissé vide ...) et qu'il leur appartenait de les complèter au fur et à mesure de la partie...

Carte de Jérôme "Golgorosh" Mioso

L'affrontement frontal était impossible : le maîtremage était à lui seul suffisamment puissant pour vaincre les personnages et, de plus, un ancien guerrier verougue fort redoutable (le dénommé Dosto Yeskif, que certains des lecteurs de ce blog ont eu le (dé)plaisir de croiser) bossait aussi pour le marchand.

Chacun de ses affreux avait bien sûr une tare que connaissaient les joueurs plus ou moins tôt dans les parties : Pour le sorcier, une passion dévorante pour les antiquités elfiques, pour le guerrier, une fréquentation assidue de la maison de plaisir "les fleurs blanches" et, pour le marchand, le rêve de mettre dans son lit une jeune dame de la meilleure noblesse au caractère des plus affreux.

La préparation se résumait à cela : une scène d'introduction ("votre mission, si vous l'acceptez..."), la liste des quelques PNJ (tous avec une illustration, ce que les joueurs et moi apprécient, j'y reviendrais), de quelques atouts et failles et vogue la galère.

Aux joueurs, à grands coups de points FU et d'idées plus ou moins délirantes, de broder à partir une arnaque de haut niveau : cambriolage de la maison de la la vilaine marquise pour lui chiper les bijoux offerts par le marchand après s'y être introduit grâce à une homologue féminine d'Artemus Gordon, ...

Image trouvée sur le site http://www.writeups.org

... revente des dits bijoux à un receleur, copiner à grand renfort d'alcool avec un antiquaire (spécialisé en art elfique, ça va de soi) et achat d'une jolie pièce pour appâter le sorcier, un second cambriolage d'une affreuse mégère pour compléter la levée de fonds, piège tendu au guerrier Verougue avec la complicité des pensionnaires de la maison de plaisir séduites à coup de chanson sirupeuse et de violon larmoyant pour ne plus l'avoir dans les pattes, corruption du sorcier, libération de la belle infortunée... Le tour fut magistralement interprété et les zygomatiques mis à très rude épreuve.

Merci donc à Cécilia "Faïna Isayev", Aymeric "Berg Udilf", Léo "Aldis Leifsdattir" et Gwendal "Eva White"... Les enfants, on rejoue quand vous voulez !

Et pourquoi ne pas fournir ce scénario ?

Primo, le dit scénario fait ... une page A4 : une intrigue de départ et une petite liste de PNJ, avec plein de sous-entendus et de points non détaillés.

Secundo, le temps de préparation de ce scénario consiste essentiellement en la recherche de photos ou dessins pour illustrer chaque PJ et PNJ. Illustrations pour lesquelles je n'ai pas l'ombre du début des droits. M'autoriser à les montrer sur une tablette ou les imprimer sur une feuille de personnage pendant la partie est déjà en-soi limite, les inclure dans un scénario mis à disposition de chacun passe les bornes du respect du droit d'auteur.

Promis, dés que j'ai quelques sous, je recrute un illustrateur...

dimanche 20 décembre 2015

Fripon(ne)s RPG, livraison de décembre 2015

La dernière livraison du jeu remonte au début du mois d'août.



J'ai le sentiment que ce jeu atteint sa maturité. Pour y jouer souvent (peut-être trop), il me semble assez bien équilibré.

Je ne trouve plus de fautes en relisant les règles, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en ait plus.

Bon, quoi de neuf ?

Pas grand chose, ma foi :

  • Au niveau du livret principal, outre le fait d'avoir revu quelques expressions, j'ai ajouté des règles sur les PNJ, précisé celles sur l'expérience et complété celles pour tomber amoureux en restant concis et dans l'esprit du jeu.
  • Dans la Magie, la table pour déterminer les malus en fonction du nombre de cible a été modifiée. Je me base désormais sur les puissances de 2 (comme dans la Magie du Vastemonde, une fois de plus, merci John Grümph).
  • Je vous propose, dans un livret séparé, des règles pour gérer assez finement le fait de tomber amoureux. Elles ont été testées à Provins lors de la convention Pythagore et se révèlent efficaces. Les joueurs de ma campagne actuelle les trouvent trop lourdes et non conformes à l'esprit du jeu. Mais elles ne gèrent pas le coup de foudre, ce qui peut être gênant dans un jeu où on joue des personnages souvent impétueux. Bref, faites-en ce que vous voulez, vos retours m'intéressent !
  • J'ai aussi ajouté un fichier .zip pour télécharger tout ça. 10 documents, ça commence à faire beaucoup !
Un dernier point. Un monsieur qui a la gentillesse de s'intéresser à ce que je fais m'a fait remarquer que mon jeu "donne vraiment une impression d'inachevé" sur la partie background, en particulier du fait de la multiplication des liens vers mon blog.

Je pense que ce monsieur a raison. Et tort.

Raison parce que, c'est vrai, on peut difficilement se contenter du background livré dans le livre, qui est plus une introduction qu'autre chose. Et tort car il donne tous les liens vers les éléments qui permettent d'en savoir plus, avec la possibilité pour le lecteur de cliquer quand il est curieux. 

Si je réunissais tout ce qu'il y a dans ces liens, je me retrouverai avec un livret qui tutoierait sans doute les 200 pages, avec des textes sans unité de style. Bref, un truc sans doute rasoir à lire...

Je n'en ai vraiment pas envie...  Et je ne suis pas sûr que cela soit nécessaire.

Bon, comme d'habitude, tout est là.

Là aussi, votre avis m'intéresse !

dimanche 4 octobre 2015

Léopard de Vinci, un chat savamment potté

Nyafrou est apparu dans "Sauvez les neuf baronnies", une campagne que j'ai menée IRL il y a quelques années avec trois puis quatre amis.

A l'époque, on jouait avec le système de Barbarians of Lémuria, un peu revisé pour intégrer des aspects (sans doute l'invention la plus géniale des jeuderologues !) et Nyafrou était déjà là.

Quand Nicolas nous a rejoints pour quelques parties par Hangout de Fripon(ne)s RPG, le jeu qui redonne bonne humeur aux joueurs et fait revenir l'être aimé, rejouer Nayfrou "10 ans après" s'est imposé.



Voici donc Nayfrou, kitling, alchimiste et bretteur à ses moments perdus

Cet élégant félin,
agile et fort habile
de ses mains,
a le coeur aussi vif
que l'esprit inventif.

Observateur farceur,
toujours de bonne humeur,
Nyafrou est altruiste,
savant et optimiste,
à toute heure.

Invisible et discret,
félin donc prédateur,
la nuit il disparaît,
une menace qui fait peur,

pour alors, sans scrupule,
répondre à l'infamie
par le grand ridicule.
Et il rit.

Et je vous laisse découvrir (et apprécier) la fiche de personnage. Attention, il y a de la lecture !

samedi 26 septembre 2015

Lauranna, ambassadrice de la Confrérie des Edrulains à Havredoux

S'il est un PNJ qui revient dans à peu près toutes mes parties, c'est bien Lauranna.

Illustration de Amro Ahsry, trouvée sur DeviantArt

Havredoux est le cadre idéal pour une partie de Fripon(ne)s. Ville cosmopolite, elle est en paix avec tout le monde dans les Folandes, en particulier parce qu'elle ne peut pas être attaquée (lisez Face aux démons pour en savoir plus sur son protecteur). Son calme (apparent), son opulence, la tolérance et l'accueil de ses habitants attirent marchands, érudits et aventuriers.

L'ambassade de la Confrérie a été créée quelques mois après la fin de la guerre de libération. Lauranna en est l'ambassadrice depuis le début. En tant que magicienne, le temps n'a guère de prise sur elle et, bien qu'âgée de plus de 60 ans, elle a encore le physique d'une jeune femme.

On ne sait pas grand chose de ce qu'a pû être la jeunesse de Lauranna sur Libreterre. Elle a participé à la fin de la guerre mais n'en parle presque jamais.

Concept principal : Maître Edrulaine Guérisseuse , ambassadrice de la Confrérie des Edrulains en la bonne ville d'Havredoux

Corps : Superbe et Blond
Esprit : Spirituelle et Obstinée

Magie :
  • Les mains qui guérissent 3
  • Magie des esprits 2
  • Dodo les petits
Atouts :
  • Séduire et minauder 2
  • Diplomatie 2
  • Mentir comme un arracheur de dents
  • Passer pour une cruche
  • Connaissance de l'étiquette
Equipement : 
  • Une musette magique lui permet d'emmener toujours avec elle une impressionnante garde-robe (qui reste impeccable) qui ne tiendrait pas dans la plus grande des armoires. Attention, cette musette ne permet de transporter que des vêtements de Lauranna
  • Un carnet d'adresses très épais et bien rempli
Failles 
  • Haine de la souffrance. Lauranne ne peut s'empêcher de soigner un malade ou un blessé auquel elle est confrontée, même s'il s'agit de son pire ennemi.
  • Totalement incapable de violence physique : Heureusement pour elle,Lauranna ne sort que très exceptionnellement de l'ambassade sans un ou deux gardes du corps prêts à se faire hacher menu (et à hacher menu l'adversaire). 
En amour, j'aime autant les dames que les messieurs et j'ai de grands appétits. De très grands appétits.

Edrulaine pour préserver la beauté du monde.

Prouesses :
  • Encore un et j'arrête : Si Lauranna subit une condition "fatigué" quand elle a trop usé de Magie, une fois par session, elle peut bénéficier  d'un +3 sur le jet de dé d'un sort de soin.
  • Mon corps contre tes secrets : Une fois par session, pendant ou après un rapport sexuel consenti avec la cible du sort, le lanceur peut bénéficier d’un bonus de +3 pour lire l’esprit de la cible. Ce sort ne nécessite pas de parler ou de faire des gestes particuliers, si ce n’est de toucher (sensuellement, bien sûr) la cible.
Aspects
  • Des seins à damner un servant de l'Unique
  • L'élègance faite femme : Toujours tirée à quatre épingles, Lauranna raffole des robes légères aux décolletés qui mettent en valeur ses charmes.
  • Bonne vivante. 
  • Femme du monde
  • Quand c'est non, c'est non : Lauranna ne couchera jamais avec quelqu'un qui ne l'attire pas mais elle n'aura aucun scrupule à l'attirer dans sa chambre
  • J'ai eu des centaines d'amants et d'amantes : Forcément, dans le lot, il y a quelques jaloux, mais la majorité d'entre eux continue d'entretenir de bonnes, quand elles ne sont pas excellentes, relations avec Lauranna. Au passage, c'est un aspect que pourraient posséder un bon nombre d'Havredouciens et ça ne choque pas grand monde (bien au contraire) dans la ville blanche.
  • Jeux de pouvoir : Après 30 ans passés à Havredoux, Lauranna maîtrise à merveille l'art de la diplomatie et de l'alliance
Sous une apparence légère et frivole, Lauranna prend très à coeur son rôle.

Du fait de ses dons de guérisseuse dont elle use plus que généreusement, allant jusqu'à se mettre en péril , innombrables sont ceux, de toutes conditions et de tous milieux, qui lui doivent la vie ou de s'être sortis d'une bien mauvaise passe.

Si on ajoute à ces gens tous ceux qui l'apprécient du fait de ses grandes qualités, Havredoux grouille littéralement de gens prêts à aider Lauranna ou ceux qu'elle désignera (et à qui cela coutera généralement un point FU)

Bien sûr, il est à peine imaginable qu'un de vos fripons ou friponne ne tombe pas amoureux de Lanranna, surtout qu'il probable qu'elle fera tout pour !

dimanche 20 septembre 2015

Pistes de scénarios pour la fin des années 60 (et une petite annonce...)

Note préliminaire : ceux qui ont envie de lire Face aux démons et qui n'aiment pas du tout les spoilers se passeront avec profit de la lecture de cet article...

Généralement, je fais jouer mes aventuriers à la suite immédiate de Face aux démons, à partir de la fin de l'année 66.

Profitons-en pour remettre une carte des Folandes, pour illustrer notre propos :



Nous sommes alors en présence de Folandes plus ou moins apaisées. Les Verougues n'ont plus pour colonies que Solker (une province au sud de Verlande), la Britaine (le nord-est de Borêne) et une partie des Milîles...


Nos amis colonialistes vont désormais se consacrer aux Milîles, qui présentent l'avantage d'être assez proches de chez eux, de pouvoir être conquises une à une, d'être désunies et qui disposent d'armées ridicules.

Bien sûr, pour justifier des expéditions militaires auprès de leur opinion publique, qui commence à se lasser des aventures guerrières qui finissent mal (maudits Edrulains !) et coûtent une fortune en impôts, ils vont devoir créer des incidents justifiant les interventions : Assassinats de diplomates, agressions de voyageurs, refus de signer des traités commerciaux... Ce dernier point constituant sans doute ce qu'il y a de pire qu'on puisse faire à un Verougue ! Nos fripons et friponnes auront donc mal de pain sur la planche pour leur mettre des bâtons dans les roues (et une première idée, une).


La guerre civile a pris fin sur Borêne. Kirondo, le seigneur de guerre qui s'est assis sur le trône, sera facilement manipulable par les Edrulains tant qu'il n'aura pas un puissant sorcier ou un démon pour le protéger (Une deuxième idée). Et il y aura toujours sur Borêne des orphelins, des (jolies) veuves, des barons crétins, des inquisiteurs à sauver, à empêcher de nuire ou tout simplement à ridiculiser (une troisième idée)

Malinche peut permettre de passer quelques mois, voire quelques années, fort aventureux. Il y a quantité de magesclaves à sauver et donc des darons et des maîtremages qui ne seront pas d'accord. (Quatrième idée)

Pour ceux qui, bien que, selon moi, le système ne s'y prête pas vraiment, ont envie de faire parler l'acier, les montagnes au centre de l'île pullulent de gobelins et autres trolls. Il y a plein de trésors à aller récupérer. Je vous laisse imaginer pourquoi vos friponnes et fripons iraient risquer leur peau pour aller piller des ruines antiques et déranger la tranquillité de peaux-vertes qui ne leur ont rien fait mais il y sans doute d'autres choses (ou personnes) à récupérer : un artefact indispensable, un enfant enlevé, une jeune (et jolie, forcément jolie) jeune dame également enlevée ou perdue ou, de façon plus originale, un affreux individu dont le témoignage est indispensable et qui ne sera sans doute et à priori pas d'accord pour suivre nos aventuriers ... (Cinquième idée)
Et puis, il y a ... Steffy d'Armale.

Steffy d'Armale est une puissance sorcière qui n'a qu'un seul but dans la vie : amasser la plus grande fortune possible. Elle n'a sans doute pas mangé à sa faim durant sa prime jeunesse ou trop fréquenté les Verougues, toujours est-il qu'elle n'en a et n'en aura jamais assez.

Et comme elle maîtrise à la perfection la métamorphose en un autre individu (dame ou monsieur, jeune ou vieux, dans n'importe quelle race des Folandes) entre autres talents magiques, elle peut être indifférement une jeune dame elfe magnifique, un homme dans la force de l'âge, un vieillard à l'air inoffensif.

Vu qu'elle n'a pas le moindre soupçon de morale ou d'éthique, elle va croiser un jour ou l'autre vos aventuriers et ces derniers vont l'empêcher de mener à bien ses plans machiavéliques.

Elle n'aura alors de cesse de les poursuivre de sa haine et nos friponnes et fripons lui rendront coup sur coup, car un fripon n'aime pas qu'on lui casse les burnes (ou les ovaires). Bien sûr, ils pourront compter sur l'aide des Edrulains...

C'est ce que j'ai commencé à faire avec mes amis Dichim Zoug et Tlon Uqbar. Leurs personnages vont souffrir et, nous, je sais qu'on va bien rigoler.

Et si vous vous joignez à nous ? Nous jouons par hangout, le mardi soir de 20h30 à 23h/23h30 généralement tous les quinze jours.

PS : Si la fiche détaillée de Steffy d'Armale vous intéresse, laissez-moi votre email et je partagerai le document avec vous.