dimanche 17 novembre 2019

Friponnes 2, le retour ou la vengeance

Juste un petit mot pour dire que je viens de créer une page à l'instant pour vous parler de idées folles pour la prochaine version de Friponnes, le jeu qui met de bonne humeur.

Au menu, un terrain de jeu qui change beaucoup, du steampunk et toujours des méchant(e)s bien gratiné(e)s.

C'est là (page Friponnes à la sauce Steampunk) dans le bandeau de droite ou dans le menu sous le titre du Blog.

mercredi 30 octobre 2019

Esmeralda, nouvelles illustrations

Esmeralda Yasmine est une des prétirées du Livre de Base, créé par Djarkal.

Dessinée par Jahyra, elle était ainsi :


Son créateur a confié à une autre illustratrice, Iduna-Haya, le soin d'en faire une autre représentation, et cela donne :

Ou encore :


Le dessin original sur Deviant Art

Les sites d'Iduna-Hava, également sur Deviant Art :

dimanche 27 octobre 2019

Le Guide de la Friponne

Cela fait déjà quelque temps que je me dis qu'il me manque un petit opuscule qui permettrait d'introduire mon jeu et mon univers aux joueurs qui veulent s'en faire une première idée sans avoir à lire le kit d'initiation ou le livre des règles fourni gratuitement.

Je compte que ce doc reste sous la main des joueurs, rassemble des points de règles d'usage très fréquent et leur rappelle l'esprit du jeu.

Illustration de la tarazinboummante Jahyra
Voici donc le Guide de la Friponne : 8 pages A5 (7 de texte et une pour la carte des Folandes), certes écrites serrées mais qui, je crois, suffisent à vous mettre en appétit ou vous faire fuir.

A terme, je compte passer à 12 voire 16, pour ajouter quelques illustrations et aérer la mise en page et aussi le fournir en RTF pour que vous puissiez l'adapter à votre table

Je suis bien sûr impatient d'obtenir vos commentaires.
Pour ceux qui connaissent déjà, manque-t-il quelque chose de fondamental ?
Pour ceux qui découvrent, est-ce clair et compréhensible ?

samedi 12 octobre 2019

Les mains qui guérissent - Lauranna et quelques portraits...

Lauranna, l'ambassadrice de la Confrérie des Edrulains en la cité libre d'Havredoux, apparaissait (trop brièvement à mon goût) dans mes livres précédents. Cela faisait longtemps que j'avais envie d'un livre où elle aurait toute sa place et je pense y être parvenu avec Les mains qui guérissent.



Lauranna est un modèle d'élégance, rompue à tous les ronds de jambe que lui impose son statut de diplomate de haut vol. Qui pourrait imaginer qu'elle a connu la guerre dès son plus jeune âge ?
La Magie - elle est une guérisseuse fort douée - la préserve dans une certaine mesure des atteintes du temps. Mais cette apparence de femme un peu frivole, voire volage, masque une profonde mélancolie et une grande lassitude.
Heureusement, elle est bien entourée !

Vork, son premier garde du corps, est un homme-loup gigantesque, rompu à sa mission. Des plaisantins affirment dans son dos et hors de la portée de ses oreilles qu'il a du chien !
— Et Vork ?
— Il est vraiment immense. Tu avais le choix entre une dizaine et tu as pris le plus gros ?
— C’est à la limite de la muflerie ce que vous dites là, Madame Jahyra. Il est certes grand mais il est aussi rapide et il a l’oeil et le nez pour voir venir les tuiles. Tu ne le trouves pas beau ?
— Ce n’est pas trop ma tasse de thé, les loups.
— C’est un amant doué.
Je déglutis.
— Tu…
— Je ?
— Vous avez…

Si le beau loup laisse Jahyra indifférente, on ne peut pas en dire autant de Faldon, un autre garde du corps de l'ambassade.

Un peu plus tard Faldon, juste vêtu d’un pagne court, nous rejoint.Il est encore plus beau ainsi et je me prends à regretter de ne pas lui avoir demandé de partager sa nuit. La mienne a été trop brève.
J’ai chipé un des peignoirs de Lauranna, le prenant dans son armoire dans le noir. Ce n’est qu’une fois devant mon thé chaud que je me rends compte qu’il est quasi transparent et que je ne l’ai pas très bien noué. Ce coquin de Libreterran semble ravi du spectacle mais se contente de sourire de façon totalement craquante.

Et oui, la vie d'Edrulaine, ce n'est pas tous les jours facile !



Il nous reste encore 6 5 jours avant la fin du financement participatif et on a encore bien des paliers à franchir ! (édition du 13/10 : 2e palier - les 10 illustrations - franchi !)

Les illustrations de cette page sont bien sûr de la (toujours) tarazinboumante Jahyra (l'illustratrice, pas la mage-guerrière badass et coeur d'artichaut).

lundi 7 octobre 2019

Premiers crayonnés sur les Mains qui Guérissent

Jahyra nous a fait parvenir les premiers crayonnés des illustrations des Mains qui Guérissent au moment où celles-ci franchissaient le premier palier sur Ulule, celui qui nous assure de la publication de l'ouvrage.


Celle de gauche nous montre Jahyra sur le point de partir à la chasse de nuit aux Sangrelins (c'est le carquois plein qui me permet de d'affirmer cela) qui viennent assaillir le village où elle vit.

Et oui, il n'y a pas que de l 'amour dans ce livre !

La deuxième représente la mage-guerrière biclassée badass/cœur d'artichaud s'entretenir avec le grand maître Faëdar (un de ses boss) qui l'envoie au charbon. Et comme ça urge, il va jusqu'à lui prêter son dragon ! Le dragon reste en effet le moyen de transport le plus rapide des Folandes...

Juste un mot pour vous rappeler que ce roman constitue une excellente introduction aux Folandes, qu'il n'est nullement besoin de m'avoir déjà lui pour comprendre ce texte. Le livre a été relu par des personnes (qu'ils en soient remerciés) ne connaissant pas mon univers et leurs retours mis à contribution, en particulier pour rédiger la nouvelle d'introduction "un si fol espoir" qui précède le texte principal.

A l'heure où j'écris ces lignes, il nous reste 504 euros pour atteindre le palier qui nous permettra d'avoir 10 illustrations qui ne pourront qu'être superbes.

En 11 jours et avec votre aide, cela ne peut que se réaliser.

On compte très fort sur vous ! Partagez, souscrivez, parlez-en autour de vous !

mardi 24 septembre 2019

"En route !", une fan-fiction de Didier Gazoufer

Mon excellent ami et grand fan de mon univers et de mes écrits (il y en a) a écrit et publié sur son site "En route", une nouvelle qui se passe...  dans les Folandes !



Découvrir ce texte me laisse impression curieuse. Très agréable, certes, mais curieuse. Didier a parfaitement intégré les principes de mon univers et particulièrement ceux qui régissent Libreterre mais certains points m'ont fait un peu bondir (non, Néalanne n'est pas d'un tempérament aussi ardent, Didier. Enfin, pas toujours ! ^_^)

Puisque ce texte est sous licence "Art Libre", ce que je salue, et que Didier m'en a donné l'autorisation, je ne vais pas me gêner pour le modifier à ma sauce et en faire ma version.

Mais pour cela, il vous faudra un peu de patience !

Et si, parmi vous, certains ont envie de l'imiter, qu'ils le fassent ! Surtout, n'hésitez pas.



Le financement participatif de mon prochain roman à sortir chez Stellamaris est toujours en cours.

Même si le fait d'atteindre le premier palier de 700 Euros ne fait guère de doute à l'heure où j'écris ses lignes, je ne peux que vous encourager à partager cette information et, si vous le pouvez et en avez envie, à souscrire. Car ce texte serait plus beau avec 10 ou 12 ou même 14 illustrations que 5 !

Grand merci pour votre aide !




mercredi 18 septembre 2019

Les Mains qui Guérissent sur Ulule

Ca y est, c'est parti !

Mon prochain livre est en financement participatif sur Ulule depuis ce matin. L'objet du financement participatif est de financer la création des illustrations.

Lauranna, par Jahyra

J'ai toujours adoré les romans illustrés et je trouve triste que ce genre soit un peu tombé en désuétude. L'enthousiasme de Jahyra, qui a pourtant déjà produit près de 200 illustrations autour de mon jeu de rôle, et celui de Michel (aka Stellamaris), mon éditeur, m'ont convaincu de me lancer.

Cela faisait aussi longtemps que j'avais envie d'écrire une histoire dont Lauranna, présente dans mes écrits passés mais surtout dans la plupart de mes parties de Jeu de Rôle, serait l'héroïne. C'est donc chose faite. L'autre personnage principal de cette romance qui n'en est pas tout à fait une est une certaine Jahyra, une Edrulaine bi-classée Badass-Coeur d'artichaud (On se demande bien où j'ai été chercher un nom pareil et toutes les explications vous en seront bien sûr données dans le livre).

Pour vous mettre l'eau à la bouche, vous pouvez consulter quelques extraits du livre ici.

Bien évidemment, votre soutien sera précieux pour que ce projet soit une aussi belle réussite que ceux qui l'ont précédé..

On compte sur vous.



dimanche 25 août 2019

Une critique de Friponnes RPG, Quervention 2019 et quelques autres nouvelles

Queervention 2019

Je serais présent à la Queervention 2019 au centre Iskis à Rennes le WE prochain (les 31/08 et 1/09) durant tout le week-end et j'assurerai trois parties de Friponnes RPG (ben oui...) dont une sur un scénario inédit "L'affaire du collier", qui se présente comme une enquête, qui se ressemble à une enquête mais qui n'en n'est pas une !

Illustration d'Axelle Bouet

La Queervention est une convention très sympathique et bien organisée dans un cadre exceptionnel.
Je suis heureux d'y participer et de vous y retrouver et ne peux que vous encourager à le faire aussi.

Autres conventions

Je serais aussi présent (si tout va bien) à Octogônes à Lyon du 4/10 au 6/10 pour y faire encore du Friponnes et retrouver les copains

Critique de Friponnes RPG

Le baroudeur ludique a écrit une critique plutôt enthousiaste de Friponnes RPG.
Je vous laisse la découvrir !

Autres projets

Le financement participatif de ma novella "Les mains qui guérissent" à paraitre aux Editions Stellamaris, qui sera illustré par la plus-que-jamais tarazinboumante Jahyra  est imminent. Très imminent. Je vous en dis plus très vite.

D'ici là, profitez bien de cette fin d'été, portez-vous bien et prenez soin de vous.

mardi 30 juillet 2019

Plus de 200 images tirées de Friponnes RPG pour vos parties

N'écoutant que leur bon cœur, Stellamaris et la tarazinboumante Jahyra mettent à votre disposition, dans le cadre d'un usage privé, les images issues du livre de base de Friponnes RPG, du scénario "Le captif" et de la campagne "Mon ennemi c'est la finance ! "


Vous pouvez les utiliser sur vos sites web en mentionnant le nom de Jahyra, l’illustratrice, et un lien vers son site web http://www.jahyra.fr/ et bien sûr dans vos parties de jeux de rôle, virtuelles ou non.

Pour toute publication ou utilisation autre que personnelle, merci de s’adresser à l’illustratrice par le biais de son site http://www.jahyra.fr/contact/

Je les ai regroupées dans un fichier .zip, en ajoutant un petit pdf qui décrit sommairement chacune de ces images et précise de quel ouvrage elles sont tirées.

Pour les télécharger, cliquez sur ce lien.

dimanche 28 juillet 2019

Jahyra, à la conquête du monde

La tarazinboumante Jahyra, mon illustratrice préférée, lance un kickstarter pour publier dans la langue de Shakespeare Stan Lee ses deux bandes dessinées, "Princesses d'Ambre et d'Italie" et "Princesses d'Ivoire et d'Ivresse", lesquelles sont trop chouettes et méritent largement de figurer dans la bibliothèque des dévoreurs de comics d'outre-Manche et d'outre-Atlantique.


C'est bien (les BD et le fait de lancer le kickstarter).
C'est très bien.
C'est très très bien.

Sauf qu'à l'heure où j'écris ces lignes, ce n'est pas gagné, au contraire du foulancement de ses albums en français, dont le dernier avait été réglé en presque moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

Donc, si par hasard vous avez envie d'avoir dans votre bibliothèque ces deux merveilles ou si vous connaissez des anglophones qui pourraient s'intéresser à la chose, c'est plus que le moment de relayer.

Et si vous préférez la langue de Molière Wilfrid Lupano, vous pouvez toujours commander ces deux BD sur son site (ça l'aidera à mettre du beurre dans ses coquillettes) ou souscrire pour de magnifiques sous-verres ou des pins qui ne le sont pas moins.

Tout ce qui précède est totalement garanti sans copinage et objectif à 1000 %. Pas moins.

dimanche 7 avril 2019

Quelques lectures et des nouvelles

A vouloir sortir de sa zone de confort littéraire, on fait parfois de belles rencontres mais on se casse aussi, peut-être plus souvent, la gueule.

Illustration.

La fille-flûte et autres fragments de futurs brisés de Paolo Bacigalupi

4e de couv : Des esclaves au corps modifié pour répondre aux besoins de leurs maîtres, des humains qui se sont adaptés à la pollution qu'ils ont eux-mêmes engendrée, de singuliers gardiens chargés d'éviter une nouvelle apocalypse en distillant leur savoir avec parcimonie, un généticien qui pourrait changer le monde, des rivières privatisées, des tueurs d'enfants agissant pour le compte du gouvernement – il faut bien limiter la surpopulation–, le tout sous le regard étrangement désabusé de la fille automate... Dix nouvelles, dix fragments de futurs brisés, qui nous renvoient une image déformée, mais ô combien pénétrante, de notre présent.



Chapeau à l'auteur qui fait preuve d'une imagination crédible pour nous montrer des futurs possibles et ô combien réalistes et probables. Poser un univers en 40 pages est un exploit qui n'est pas à la portée de tout le monde (à commencer par moi).

Sauf qu'à force d'être dans le "show, don't tell", on se demande souvent,  pendant les 3/4 quand ce n'est pas les 9/10 du temps, ce qui se passe vraiment dans ces mondes de merde et cela nuit parfois à l'histoire.

Je rejoins une critique (trouvée je ne sais plus où) qui trouvait que la structure des nouvelles se ressemblait un peu trop et devenait lassante.

Et puis, c'est triste. Affreux. Glauque. N'y cherchez pas de fin un peu encourageante, on n'est pas là pour ça.

Bref, c'est à lire car c'est une belle performance littéraire, mais peut-être pas d'une traite et surtout dans un moment où vous avez un moral d'acier (ou si vous goutez à ce genre de lecture, ce qui est évidemment votre droit le plus strict).

Ganesha de Xavier Maumejean

4e de couv : Londres, fin du XIXe siècle.

Qui est réellement Joseph Merrick, celui qu'on surnomme « l'Homme-Éléphant » ? Homme ou bête ? Monstre de foire ou curiosité scientifique ? Une simple anomalie de la nature ou... un dieu ?

Lorsqu'il rédige ses Mémoires, il n'a pas trente ans et réside depuis peu à l'hôpital de Whitechapel sous la protection du médecin Frederick Treves. Un refuge qui lui permet d'observer splendeurs et misères de la capitale, et d enquêter : quatre affaires, autant de saisons dans une année. De leur résolution dépendra peut-être plus que son destin, car « le monde s'efface dans les rêves de l'éléphant... »




Une idée originale, à savoir transformer Elephant-Man en profiler.

Sauf qu'une bonne idée ne suffit pas à faire un bon livre. Voilà, c'est dit.

J'ai vraiment eu l'impression de passer à côté de ce livre, de n'y rien comprendre, d'être frustré par tout ce que l'auteur ne nous dit pas ou ne veut pas nous dire. Bref, le parfait sentiment d'être un gros crétin inculte, en partant un peu du principe que puisque ce livre ne peut pas être mauvais, c'est moi qui suis un gros naze.

Bref, je l'ai refermé avec plaisir (car me disant que j'allais passer à autre chose) mais en étant très frustré et énervé.

La maison dans laquelle de Mariam Petrosyan

4e de couv :Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d'avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres. Dans la Maison, vous connaîtrez l'amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l'existence, et même quand vous serez seul, ça ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s'écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable. Dans la Maison, vous atteindrez vos dix-huit ans transformé à jamais et effrayé à l'idée de devoir la quitter.

Ensorcelante évocation de l'adolescence, La Maison dans laquelle est un chant d'amour à cet âge ingrat et bienheureux, à ses exaltations et ses tragédies, au sentiment de frustration et de toute-puissance qui le traverse. Mariam Petrosyan a réussi à créer un univers bariolé, vivant et réaliste, pétri de cette nostalgie et de cet émerveillement que nous avons tous au fond de nous et qui fait que, parfois, nous refusons de grandir et d'affronter la brutalité du monde qu'on appelle la réalité.



 Les deux libraires m'avaient fait par de leur enthousiasme et peut-être y-ai je cédé un peu trop facilement. J'aurais du être prudent et poser un peu plus de questions et surtout de souvenir qu'à de très rares exceptions (4 3 2 1 de M. Paul Auster, par exemple) les histoires d'adolescents ne m'enthousiasment que rarement, et encore moins lorsqu'on évoque la déraison et la cruauté de cette période de la vie.

A cela s'ajoute le fait qu'il s'agit d'un roman russe (bon, arménien, mais écrit en russe) et qu'on y retrouve cette composante si réjouissante et si commune dans les écrits de fiction de ce coin du monde, à savoir qu'on y est malheureux, très malheureux, qu'on se vautre dans son malheur avec délectation et qu'on en sortira surtout pas, d'autant plus qu'on ne fait pas grand chose pour.

Bref, ayant laborieusement lu les 106 premières pages et l'ayant beaucoup refermé, j'ai rapidement compris que ce livre n'était pas pour moi, surtout après avoir lu sur Babelio que de fantastique, il n'y en a en avait point et qu'il ne s'y passait pas grand chose.

Bref, loupé total. La rencontre ne s'est pas faite.

Quelques nouvelles de mes avancées

Les mains qui guérissent, évoquées dans mes précédents billets, ont désormais une petite sœur qui devrait permettre aux lecteurs qui découvriront les Folandes par cet ouvrage d'être un peu moins perdus. Ca s'appelle Un si fol espoir et ça montre que les Edrulains sont au moins aussi tordus que les Verougues mais quand même plus sympas.

Stellmarris devrait publier cela, la forme exacte reste à déterminer. J'ai quelques espoirs qu'elle sera sympathique et un peu originale. Tout cela reste à négocier.

La campagne Mon ennemi, c'est la finance continue son bonhomme de chemin. Il reste trois illustrations pleine page à finaliser, une dernière relecture et on pourra parler d'autre chose.  (Les amis, on est toujours à la recherche de gens qui ont envie d'écrire ou de dessiner quelque chose autour des Folandes ou de Friponnes RPG. Lancez-vous ! Ne soyez pas timides !)

Mon retour des Friponnes avance aussi doucement. Très doucement. Trop doucement. A ma décharge, mon-métier-qui-remplit-le-frigo me bouffe pas mal d'énergie en ce moment....

Après que Google ait tué Google+ sous de fallacieux prétextes (et il ne l'emportera pas au paradis), j'ai pris un compte Diaspora sur Pluspora. Je me dis que certaines personnes découvriront ce blog par cette entremise et j'en ai profité pour mettre la page "Si vous avez manqué le début"  à jour et en vérifier tous les liens.

Au sujet de la méchanceté de Google, si quelqu'un a un moyen de migrer facilement de blogger à une plate-forme qui ne risque pas de fermer du jour au lendemain et qui ne servirait à ce gros monstre froid de se faire des brouzoufs sur mon dos, je prends ! Bien sûr, quand je parle d'une plate-forme alternative, je ne suis pas opposé à l'idée de dépenser quelques picaillons.

Portez-vous bien.

dimanche 3 février 2019

Quelques nouvelles en ce début d'année

Du côté des romans (et des nouvelles)

Le bâtard et le magicien, dont je vous parlais ici a été relu par deux personnes et, après réflexion, j'ai décidé de reporter son éventuelle publication.

Ce livre a besoin d'une sérieuse réécriture, il est trop dense, le lecteur n'a pas le temps de respirer ni de s'attacher aux personnages. Je ne vois pas trop comment m'attaquer à cela et je préfère, pour le moment, me consacrer à mes autres projets, d'autant plus que le-boulot-qui-paie-les-factures est assez prenant et fatiguant en ce moment.

Si des lecteurs de ce blog étaient curieux de découvrir ce livre, qu'ils m'en fassent part et je me ferais un plaisir de leur faire parvenir en l'état actuel.

J'ai commencé il y a peu un nouveau livre, dont le titre provisoire est Les mains qui guérissent, centré autour du personnage de Lauranna, l'ambassadrice de la Confrérie des Edrulains à Havredoux, présente dans à peu près tous mes écrits et PNJ emblématique de mes parties de Friponnes RPG. Je suis incapable de vous dire à l'heure actuelle quelle sera la taille du bébé final, ni même si ce projet sera mené à son terme, mais il me motive et l'inspiration est là pour le moment. Ce ne sera pas un gros pavé comme Face aux démons mais cela sera plus gros qu'une nouvelle. Quelque chose entre 80 et 150 pages, à vue de nez et dans le brouillard.

Edition du 23/02/2019 : Texte fini. 83 à 85 pages A5 de texte selon le traitement de texte et la version avec laquelle vous l'ouvrez (va comprendre, Charles). Je suis assez content de moi

Lauranna, re-dessinée par Jahyra - Comme elle le dit elle-même, une "bombe atomique avec les cheveux détachés".
Je crois que je suis amoureux...
Le deuxième projet, que j'appelle Le retour des Friponnes en attendant de lui trouver un titre plus adéquat, est de compléter le recueil de nouvelles "Friponnes" paru en 2014 de façon à avoir un ensemble cohérent des (més)aventures de Néalanne avant qu'elle ne rencontre son Fronin et qu'elle ne fasse encore plus de bêtises.

J'avais l'intention d'écrire cinq nouvelles, deux sont écrites et parties chez les bêta-lecteurs, il en reste donc trois. Pour deux d'entre elles, l'idée et la trame sont là, pour la dernière, c'est le désert.

Et il n'est pas exclu qu'il y en ait, au final, six. Ou sept...

Côté Jeux de Rôles

Jahyra, qui non seulement est tarazinboumante mais aussi fort efficace, a terminé d'illustrer tous les PNJ (plus de 100 portraits en un peu plus de trois mois !). Restent 4 prétirés et les illustrations pleine page.

Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer une petite sélection de ses préférés (qui ne sont pas forcément les miens). Elle a fait un travail fabuleux. Comme toujours. On ne s'en lasse pas !



Ils sont beaux (et belles), n'est-ce pas ?
Malheureusement, ils et elles ne sont pas toutes sympathiques, loin de là !

Pour en revenir aux textes de cette campagne, reste à faire une ultime relecture crayon rouge en main. 

L'écho des Folandes n'avance pas aussi vite que je le voudrais mais il avance. Je rappelle que nous sommes vraiment décidés à que ce projet réunisse les créations d'autres auteurs que Stellamaris et moi et que donc votre contribution est la très bienvenue. Ne soyez pas timides, lancez-vous ! Je vous aiderai avec plaisir et ce sera une belle aventure.

Un synopsis de deux lignes ou le texte d'une nouvelle carte de Peps (40 mots et 230 signes espaces compris) suffit pour participer ! Et si vous n'êtes pas à l'aise avec l'écrit, parlez-m'en quand même, je vous aiderai pour la rédaction.

Conventions

Je serais présent
  • A Eclipse à Rennes les samedi 9 et dimanche 10 mars. Comme chaque année, petits veinards, vous aurez droit à un scénario inédit (même si, à l'heure ou j'écris, je n'ai pas encore trouver de quoi cela parlera...)
  • A Ludesco à la Chaux-de-Fonds en Suisse du 15 au 17 mars
  • Si vous avez envie de m'inviter à une autre convention, n"hésitez pas à m'en parler. Je ne demande pas forcément de défraiement (bien que cela soit toujours bienvenu, surtout quand c'est loin de Rennes), juste un hébergement (et je suis toujours très heureux d'être l'invité de bénévoles) et la possibilité de vendre mes livres, pas forcément sur un stand.