samedi 31 décembre 2022

Mon top livres 2022


 Je parle rarement des livres des autres et ce n'est pas pour autant qu'ils n'ont pas une grande place dans ma vie. Je lis beaucoup et l'idée de faire un petit top de mes lectures de l'année presque passée m'a semblé amusante.

Au début, je pensais à un top 3, je me suis dit que cela n'allait pas être suffisant aussi suis-je parti sur un top 5 pour finir par un top 8 (sur un total de 71 livres ouverts et lus jusqu'au bout), parce qu'il était difficile de ne pas faire figurer un de ces ouvrages.

Voici donc (roulement de tambour) les livres que j'ai pris un très grand plaisir à lire et à côté desquels il serait dommage de passer :


 

L'ordre n'est qu'indicatif même s'il fallait n'en retenir que deux, ce serait les deux premiers. Mais en sélectionner un troisième a été bien trop difficile. Ne comptez pas sur moi pour en faire un résumé, j'en suis bien incapable et encore moins une critique. Si vous voulez en savoir plus, votre moteur de recherche favori est votre ami.

Le voyant d'Etampes (Abel Quentin) : un livre qui pourrait être sous-titré "ou le choc des générations". Un intellectuel à la retraite qui n'a pas réussi grand chose dans sa vie veut se refaire en écrivant un essai sur poète américain méconnu. Dit comme ça, ça n'a pas l'air folichon. Détrompez-vous, c'est pétri d'humour vache, d'intelligence et ça jette un regard cynique sur notre époque. Une très belle découverte.

Les fantômes du vieux pays (Nathan Hill) : Vous voulez une leçon d'écriture et de construction d'un roman ? Vous l'avez. Ne me remerciez pas. Recommandé par mon aimable ami Bastien W. que, lui, je remercie très chaleureusement.

Antarctique (Olivier Bleys) : En 1961, dans une station polaire, Vadim tue Nikolaï à coup de hache car il est persuadé que ce dernier a triché aux échecs. S'en suit un huis-clos glaçant (elle est facile, celle-là) et très drôle, même s'il faut aimer l'humour noir.

Le garçon (Marcus Malte) : 1908, sud de la France. Un enfant sauvage qui n'a eu presque aucun contact avec les hommes part sur les routes. Il y fera de belles et de moins belles rencontres et connaîtra la grande boucherie de 14-18. Une leçon d'écriture. Magistral

Le soleil des Scorta (Laurent Gaudé) : A mes yeux, Laurent Gaudé est le plus grand écrivain de langue française. Pas moins. Son style est parfait, il n'y a pas un mot de trop. Prix Goncourt en 2004 (à 32 ans, excusez du peu), ce n'est pourtant pas son meilleur livre (lisez plutôt Ecoutez nos défaites ou Pour seul cortège) mais, l'ayant trouvé dans une boîte à livres, je l'ai relu avec un très grand plaisir. Et c'est un de ses rares ouvrages où il fait preuve d'un tout petit peu d'optimisme...

Le traquet kurde (Jean Rolin) : J'ai découvert Jean Rolin cette année et j'en suis bien content. Vous aimez les phrases interminables, du genre de celles qui occupent la moitié d'une page ? moi, oui. Envie d'une petite leçon de maîtrise de la langue ? Foncez. C'est de surcroit très drôle et vous découvrirez que les ornithologues sont vraiment de drôles de zèbres.

Les années (Annie Ernaux) : En général, je me méfie de la peste des Nobel. Trop souvent l'impression  que l'auteur veut nous dire quelque chose que je ne saisis pas, ce qui me donne l'impression d'être un crétin et ça m'agace prodigieusement. On a beaucoup parlé de son style "chirurgical", "neutre" mais j'ai vraiment été happée par ce livre. Voilà un Nobel infiniment mérité, en tout cas beaucoup plus que ceux de Modiano et Le Clézio

Kalpa impérial (Angélica Gorodisher) : Il y a peu d'auteurs de fantasy dans mon panthéon personnel : Terry Pratchett, Neil Gaiman, Tolkien et bien sûr Ursula le Guin. Et bien, il y en a désormais une de plus : Angelica Gorodisher que je ne découvre que cette année. Vous voulez lire quelque chose de vraiment différent ? Ce livre est fait pour vous.
Hélas, cette dame écrit en espagnol (elle est argentine) et seuls deux de ces livres sont traduits en Français. C'est très triste. Une fois de plus, le talent ne se conjugue pas avec le succès...

vendredi 11 novembre 2022

Je suis encore vivant

 Pour les quelques (il doit bien s'en trouver) qui s'intéressent à moi et surtout à ce que j'écris par le biais de ce blog, je tiens à les rassurer : je suis encore vivant !

 Il n'y a pas grand chose de nouveau sous le soleil de cet été indien. Loups, Peste et Billevesées n'est pas encore fini. Le tapuscrit vient de dépasser les 300 pages et en comptera quelques dizaines de plus : c'est le dernier roman du cycle et je tiens à refermer toutes les portes que j'ai ouvertes durant sa rédaction. 

Je vous disais en juillet  qu'il me restait 4 chapitres, mes talents de prévisionniste se sont révélés, une fois de plus, assez nuls. Je suis dans le 32e et il m'en reste au moins deux, sinon trois. Je vous disais également espérer le terminer pour juin et juillet et, là aussi, c'est encore raté. Je ne préfère plus donner de date. Mais il sortira ! Ensuite, ce sera les longues phases de corrections et de relectures avec aussi un gros travail à réaliser sur Longues Oreilles, Idées Courtes où je pense avoir identifié les défauts.

Jahyra continue ses illustrations. Aussi ai-je le plaisir de vous présenter Esperanza Deck, une guérisseuse qui fera une apparition fugace à la fin du roman en cours et qui reviendra sans doute par la suite, car le personnage m'inspire.

Dessinée par Jahyra, comme d'hab' !

La suite ? 

Oui. Ce n'est pas parce que personne (ou presque) ne lit mes livres que je vais arrêter d'en écrire. Une chose est à peu près sûre, ce sera des textes courts. A titre d'exemple, je suis sur le livre actuel depuis avril 2021 et c'est long, très long, beaucoup trop long ! 

Il y aura aussi, dans un délai beaucoup plus long, un Friponnes RPG 2. Plus compact,  plus steampunk, plus simple, plus rapide à prendre en main, avec des scénarios courts et un maximum d'idées et d'aides de jeu, résultat de toutes les parties que j'ai pu mener depuis la sortie de son grand frère en 2017 et même avant. Mais ce sera pour dans longtemps... La concision n'est pas mon fort et ça va me demander du temps.

Après une petite infidélité un peu décevante, je suis revenu à FU, qui ne m'en veut pas du tout. Je pense enfin avoir trouvé comment simplifier des règles de Magie.

Bref, même si  c'est à une vitesse qui ne donnerait pas de complexe à un gastéropode fatigué, les choses avancent... 




samedi 28 mai 2022

Quelques nouvelles

 Cela fait plus de 10 mois que je ne vous ai pas donné de nouvelles et il me semble que cela s'impose. 

J'ai eu quelques passages à vide, mais Loups, Peste et Billevesées, le tome 4 du cycle de Lauranna et Jahyra, est dans la dernière ligne droite. Il pèse à ce jour 239 pages (316 211 signes) pour 26 chapitres. A vue de nez, il m'en reste quatre à écrire et j'espère bien boucler cela pour fin juin ou juillet. Le temps de le relire, de le corriger, de mener le foulancement et de réaliser les illustrations, je ne sais quand il sortira...

Côté jeu de rôle, j'ai essayé un nouveau système basé sur un clone très simplifié de Savage Worlds pour Friponnes. J'avais envie d'essayer autre chose et d'avoir un système où les probabilités d'échec ne se divisent pas par deux à chaque ajout d'un atout, d'un trait, d'un équipement...Je ne sais que trop penser du résultat. J'ai aussi essayé de retravailler les règles de magie pour les simplifier, là aussi, il me faudra les tester pour voir ce que ça donne et l'accueil des joueuses et, surtout, finir de l'écrire.

Friponnes Steampunk n'avance pas. Je n'ai plus d'idées de background (mais suis toujours preneur de suggestions)

Je remarque que je prend beaucoup plus de plaisir sur des fictions que sur celle de jeu de rôles, qu'il s'agisse de règles, d'éléments de background ou de scénarios. 

Comme je vous l'avais dit, Jahyra a commencé par travailler sur les illustrations de Loups, Peste et Billevesées et ainsi que sur celles de Longues Oreilles, Idées Courtes.

Voici donc Faldelle, une Edrulaine qui a rendu son manteau mais continue à exercer en la bonne ville d'Havredoux, où elle croyait avoir trouvé un boulot tranquille. Mais chassez le naturel...


Il s'agit de la même personne que la jeune Faldelle qui apparaissait dans Face aux Démons où elle était un peu amoureuse de Fronin (elle l'est toujours). Elle a grandi, obtenu son manteau, pas mal roulé sa bosse, chopé un nombre incroyable de cicatrices, perdu une main mais en a gagné une de remplacement, mécanico-magique. Mais elle reste très jolie et d'un tempérament très libreterran...

A propos de Fronin, le voici :


Sacré exercice que d'illustrer un personnage dont je n'avais qu'une vague idée sur son physique ! Une fois de plus, bravo à Jahyra.


dimanche 26 septembre 2021

Scrogneugneu de Google Drive ! (A lire si vous avez des soucis de téléchargement)

http://3.bp.blogspot.com/-P9GW-Yk1THs/U-AAoecStwI/AAAAAAAACQY/ebvxZ70mRNg/s1600/rogntudju.png 

(L'image qui précède est sûrement copyright de quelqu'un, qu'il me pardonne pour la violation impardonnable de ses droits d'auteurs)

 

 Je suis maudit avec mes liens de téléchargement sur ce blog !

Google a récemment changé des trucs sur Google Drive, ce qui empêche le téléchargement de la plupart des documents présents sur ce blog.

Cela me contraint de passer de Google Drive à PCloud et donc de modifier TOUS les liens de téléchargement sur ce blog. Si l'und'entre eux ne fonctionne pas, n'hésitez pas, par un commentaire sur le billet qui contient le lien, à me faire part d'éventuels problèmes de téléchargement. Dans ces cas, je réagis généralement assez vie.

Merci de votre compréhension. 

MAJ du 21/11/2021 : Les liens avec pCloud semblent aussi poser souci. Je dois vous avouer un certain sentiment de lassitude... J'ai écrit au support technique, mais je crains que cela ne résolve pas grand chose.

 MAJ du 26/11/2021 : Les liens avec pCloudre fonctionnent correctement. Si vous rencontrez un souci, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

Si quelqu'un à une solution simple et d'un coût modéré, je suis preneur.

 

samedi 28 août 2021

Zanzim

 Je découvre cet été l'auteur et dessinateur de BD Zanzim, par le biais de deux albums :

 

Deux excellents ouvrages, avec un dessin très sensuel, un propos féministe, avec une pointe légère de grivoiserie et deux excellentes inspirations pour Friponnes RPG.

Le premier peut donner une très bonne idée d'objet magique, le second est un scénario quasi-prêt à l'emploi.

Je ne peux que vous inviter à les découvrir.

vendredi 30 juillet 2021

Quelques nouvelles du cycle de Lauranna et Jahyra (et autres créations)

Il y a un petit moment que je n'ai rien publié sur ce blog et il me paraît important de le faire.

Autant vous le dire tout de suite, tout n'avance pas aussi vite que je le voudrais. Je pourrais évoquer le boulot-qui-remplit-le-frigo mais ce serait une excuse assez peu valable au regard de tout le temps que je perds sur des activités diverses, comme lire des trucs qui m'énervent sur Internet, regarder des vidéos de peu d'intérêt, passer trop de temps sur les réseaux sociaux ou jouer à des jeux vidéos. Bref, l'envie n'est pas trop là...

 De façon plus réaliste, je pourrais évoquer des soucis de santé qui se sont allégrement succédés depuis fin 2019 et qui ont sérieusement réduit ma motivation. Certains arrivent à écrire (souvent des textes magnifiques) quand ils ne vont pas bien, ce n'est pas mon cas.

Côté Friponnes RPG, je n'avance guère sur Friponnes Steampunk. Je reste insatisfait de mes nouvelles règles de Magie, beaucoup trop complexes en regard de la magnifique simplicité de FU, même si je les préfère à celles parues dans Friponnes RPG. 

Sur le background, je n'ai guère de nouvelles idées.

Le jeu continue néanmoins de susciter des retours enthousiastes, que cela soit auprès des joueurs qui le découvrent ou continuent d'y jouer, comme en témoigne cette critique récente parue sur le blog des portes de l'imaginaire.

J'ai attaqué le tome 4 du cycle de Lauranna et Jahyra (Loups, Peste et Billevesées) au mois d'avril et pondu 4 chapitres assez rapidement. Un cinquième, plus long, vient d'être bouclé. Je ne suis pas content de ce dernier et ne vois pas comment l'améliorer pour le moment.

Entretemps, j'ai eu deux retours de lecture sur Longues Oreilles, Idées Courtes. Un enthousiaste et la seconde... beaucoup moins. Venant d'un lecteur que j'apprécie beaucoup, fidèle parmi les fidèles, cela est un peu difficile. Si vos fans ne sont pas enthousiastes sur ce que vous faites, c'est que ce n'est pas bien barré. Le souci est que je ne vois pas comment remédier aux défauts pointés par ce lecteur (qui se reconnaîtra...)

La situation est un peu paradoxale. Friponnes RPG rencontre, à son modeste niveau, un succès qui fait plaisir. La logique purement économique voudrait que Stellamaris et moi proposions des extensions du jeu (une nouvelle série de cartes de PEPS est toujours dans le tuyau), voire une refonte du jeu pour y intégrer toutes les bonnes idées qu'on a pu avoir depuis sa sortie et corriger ses quelques défauts sur le fond et la forme, mais je n'en ai pas envie. Ecrire du jeu de rôle, ce n'est définitivement pas mon truc. Je suis beaucoup plus à l'aise dans la fiction pure. 

Sauf que cette dernière est, dans mon cas, loin d'avoir le succès de nos rôlisteries. Il suffit pour cela de regarder le succès (ou, soyons réalistes, l'absence de succès) des foulancements du cycle de Lolo et Jaja (comme on l'appelle familièrement entre nous) en regard de celui du jeu de rôle ou de la campagne et le peu de retours sur Internet de ces écrits.

Considérant tout cela, en accord avec mon éditeur favori et mon illustratrice préférée, j'ai décidé de publier Longues Oreilles, Idées Courtes et Loups, Peste et Billevesées en un seul volume, qui paraîtra donc en 2022. Je reste convaincu que le rapport Prix/Nombre de pages n'aide pas à la diffusion des deux premiers livres. N'y voyez pas là une critique de l'éditeur, tout le monde sait que le coût de fabrication d'un livre n'est pas proportionnel à son épaisseur. Autrement et plus simplement formulé, moins il est épais et plus le coût à la page est élevé. Amusez-vous à comparer les prix de livres de même format, chez n'importe quel éditeur, de livres de 100, 200 ou 500 pages. Le dernier n'est pas cinq fois plus cher que le premier... 

Au fait de diminuer le coût global du livre s'ajoute celui de ne faire qu'un seul financement participatif. Partant du principe qu'il ne se passera pas bien (comprendre, il ne sera jamais au niveau de mes attentes, à savoir une illustration par chapitre), je préfère n'en faire qu'un seul et ne souffrir (le terme est naturellement exagéré, mais je pense que vous voyez ce que je veux dire) une seule fois plutôt que deux.

Histoire de vous faire patienter et de me faire plaisir, j'ai aussi convenu (tout seul, dans mon coin) de financer moi-même une partie des illustrations et d'en publier certaines sur ce blog. 


Le portait de Loula (toujours par la tarazimboummante Jahyra, mais ça n'étonnera personne), la fille adoptive de Lauranna, qui sera très présente dans Loups, Pertes et Billevesées, en inaugure la série.

samedi 17 avril 2021

Sonja et Conan contre les Ninjas

 Je parle assez peu des jeux de rôles des autres.

J'ai tord. Ce n'est pas bien.

Bon, je ne garantis pas que ce qui suit est totalement exempt de copinage, mais je ne le ferais pas si je trouvais l'objet de ce billet sans intérêt.

Même si mon univers et mon jeu sont un peu originaux, cela reste du JdR classique : un meneur, des joueurs, un scénario plus ou moins préparé.

Guillaume Jentey nous propose "Sonja et Conan contre les Ninjas", un petit jeu pour jouer sans MJ, sans préparation, sans prise de tête. Le dé ne sert qu'à mesurer (dans certaines scènes) le nombre de mots maximum dans une phrase qu'a le droit de prononcer Barbare. Pas facile pour les loquaces !

C'est très drôle, simple et le livret (une grosse vingtaine de pages) est un régal d'humour, plein de clins d’œil.  J'ai hâte de tester cela.

Le jeu est disponible à cette adresse pour la somme de 3 euros : https://guillaumejentey.itch.io/sonja-et-conan-contre-les-ninjas et compte déjà quelques extensions gratuites sympathiques au nom évocateur : Cowboy et Extraterrestre, Rambo contre Cthulhu, No FuTUre foR ROBOCOP...

Ne vous privez surtout pas !