dimanche 8 décembre 2019

Friponnes Steampunk - Elianelle, une parfaite Némésis

— Elianelle a été mon élève. Une excellente élève. Sans doute la meilleure parmi tous ceux qui ont reçu mon enseignement.
— Pouvez-vous me parler de ses talents, Maître Faëdar ?
— Elianelle est une sensitive, Fronin.
— Une sensitive ?
— Oui. Quand tu es proche d’elle, ses humeurs t’affectent au fond de toi-même. Si elle est joyeuse, tu ressens sa joie, comme une douce chaleur. Si elle est triste, tu auras froid. Si elle est en colère, tu auras mal rien qu’en restant près d’elle. Quand elle était enfant, en Britaine, ses parents la traitaient mal. C’était une petite fille malheureuse et tout son entourage en souffrait, sans comprendre pourquoi, bien entendu. Lianet, qui fut un grand quêteur d’apprentis avant de se retirer dans les Monts Férals, comprit à l’instant où il la vit. Il me l’amena et elle montra une capacité surprenante à maîtriser ce don… et à apprendre beaucoup d’autres choses, comme tu as pu le voir hier.
 

D'après Face aux Démons

La jeune femme ouvrit la porte sans s’avancer. Son visage aux joues rondes et aux yeux immenses, presque noirs, sa peau laiteuse et son ample chevelure rousse qu’elle avait visiblement le plus grand mal à discipliner, ses formes un peu lourdes, ses seins généreux et sa petite taille étaient inhabituels sur Libreterre.

Description d'Elianelle (jeune) par Fronin dans Face aux Démons 


Elianelle
Illustration de Jahyra

Un jour, dans le début des années 70 (en datation de Libreterre), Faldelle, la jolie apprentie mage-guerrière amoureuse de Fronin dans Face aux Démons, devenue une Edrulaine accomplie, va revenir d'une mission ratée dans une colonie verougue des Milîles avec une main en moins.

Après que Faldelle ait tenté de se suicider (heureusement en se ratant), Elianelle, la plus jeune membre du Grand Conseil de la Confrérie des Edrulains (une huile, quoi), son amante du moment, va avoir un petit coup de blues puis piquer une grosse colère.

Et si l'ignominie était la meilleure arme face à l'ignominie ? se dit-elle alors.

Et si plutôt que de perdre de magnifiques et merveilleuses Edrulaines (Elianelle, née sur Borêne, était et est toujours légèrement misandre), on faisait faire le sale boulot par tous ces alliés pour lesquels on prend les risques les plus fous, voire par les ennemis de nos ennemis (qui ne sont pas toujours nos amis, loin de là). Après tout, un ennemi mort, c'est moins ennuyeux qu'un ennemi tout simplement vaincu !

Convaincue que l'éthique des Edrulains les handicape lourdement et sachant qu'elle n'obtiendra jamais l'accord du Grand Conseil ni de l'Assemblée des Maîtres Edrulains, et n'ayant aucune difficulté à obtenir des fonds considérables (il lui suffit de faire main basse sur les fortunes mal acquises des nombreux oligarques qu'Edrulains et alliés combattent), elle organise une petite équipe de barbouzes grassement rétribuées et déterminées pour réaliser les basses besognes ou, le plus souvent, les faire effectuer par d'autres, faisant assassiner les ennemis de la Confrérie ou pulvériser leurs biens (la poudre et les machines infernales mina-rokanes commencent leur longue carrière) , le plus souvent en faisant porter le chapeau à d'autres ennemis.

Elle va bien sûr tirer partie de la fuite des démons des neuf enfers pour embaucher les plus intéressants parmi eux.

Idée 1 : Il pourrait être proposé aux Friponnes de faire partie de cette équipe ou, dans un premier temps, d'être leur employée. Envoyée dans des missions au départ peu dangereuses ne heurtant pas leur éthique, quelle sera leur réaction quand on leur demandera de liquider froidement un affreux ?
(Je sais, j'ai dit et écrit "Pas de choix moral !" mais là, pour une vraie friponne, il n'y aura même pas de choix moral !)

 Idée 2 : Pour un conteur trouvant le jeu trop doux ou ayant envie d'un Friponnes rpg plus sombre, proposer à ses joueuses de devenir les agents spéciaux d'Elianelle pourrait se révéler amusant. (Ne me demandez de vous suivre sur ce terrain glissant !)

Certains prétendent que la "Grande Purge" qui décima l'Etat-Major Verougue suite à l'assassinat de plusieurs personnalités de premier plan entre 75 et 78 et fut probablement une des causes de la guerre civile sur Verrou est le résultat des actions d'Elianelle. J'ai bien peur que se soit la vérité.

C'est un personnage délicieusement ambigu, une charmeuse et une roublarde manipulatrice, capable du pire comme du meilleur, totalement inattendue et imprévisible, qui se rendra alternativement sympathique et antipathique au moment où l'on attend la réaction inverse de sa part. Elle sera capable de mettre les Friponnes dans les ennuis jusqu'au cou comme de prendre (ou, plus souvent, de faire prendre à ses sbires) les risques les plus incroyables pour les tirer des ennuis où elle aura parfois plongées.

Elianelle a donc tout ce qu'il faut pour devenir la Némésis parfaite de vos Friponnes, l'affreuse qu'elles vont adorer détester. Ses idées sont toujours tordues, elle a toujours un plan d'avance, elle est une comédienne d'exception ("Comment pouvez-vous porter de telles accusations à mon égard ?") d'autant plus que son talent de sensitive fait qu'on a vraiment envie de la croire et qu'on perd tous ses moyens face à elle.

Idée 3 : Bien sûr, il y a bien quelque part un artefact magique bien planqué quelque part qui permet de contrer ce foutu talent de sensitive. Mais il ne sera pas facile à trouver...

Car ce n'est pas une méchante ordinaire : Elle a quand même quelques principes, comme ne jamais causer la mort d'un innocent ou sacrifier un allié pour le plaisir. Elle est drôle, spirituelle, très intelligente et sait montrer de belle façon sa reconnaissance.

Ses actions suscitent soit le plus souvent l'opprobre des Edrulains mais aussi l'adhésion de quelques-uns et à son sujet ont lieu des débats sans fin.

Lesbienne d'un tempérament passionné, volage et infidèle, il n'est bien sûr pas exclu qu'elle tombe amoureuse d'une Friponne ou d'une amie très chère, la séduise par sa Magie ou son charme, avant de la laisser tomber comme une vieille chaussette, brisée et inconsolable (pendant quelque temps, c'est Friponnes RPG, quand même !).

Elle n'est pas folle et n'a qu'un but (qui, hélas, relève un peu du fantasme), voir les Folandes en paix, tous les monarques et autres dictateurs de tout poil abattus, les ennemis de Libreterre réduits à jamais à néant et le mode de vie Libreterran devenir universel.

"Tous les moyens sont bons" et "on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs" sont ses citations préférées.

Idée 4 : Afin d'introduire un agent triple au sein d'une organisation ennemie des Edrulains, Elianelle envoie les Friponnes en mission et fait révéler par l'agent triple son plan pour que les adversaires soient assurés de la duplicité de l'agent. Nos Friponnes tombent dans un piège, vont devoir en sortir (il n'est pas exclu qu'ils reçoivent de mystérieux coups de pouce pour le faire) et comprendre ce qu'il leur est arrivé

Idée 5 : Le Grand Conseil comprend qu'il y a un ver dans le fruit et demande aux Friponnes d'enquêter. Là, il y a presque de quoi faire une mini-campagne. 

Bien sûr, viendra le jour où tout cela sera révélé. Elianelle sera jugée par l'Assemblée mais saura si bien arguer de ses réussites éclatantes et montrer (ce qui est vrai) que les pertes diminuent (au moins dans les rangs des Edrulains, c'est sans doute moins vrai parmi les alliés), que les Verougues sont si pris dans leurs luttes intestines qu'ils en oublient de pourrir la vie de millions de gens dans les Folandes (mais transformant Verrou en enfer bien pire que celui qu'il est aujourd'hui), qu'elle a réussi à vaincre les Borênans à plusieurs reprises sans faire verser une goutte de sang (Libreterran, le reste, elle s'en fout un peu), bref, elle va si bien se défendre qu'elle ne sera condamnée qu'à une peine symbolique d'un ou deux ans d'exil, qu'elle mettra à profit pour voyager (ce qui lui est facile puisqu'elle maîtrise le déplacement instantané à haut niveau) et pour fomenter ses plans tordus encore plus facilement, n'ayant plus à se cacher.

Naturellement (on reste dans Friponnes RPG), belle joueuse, elle n'éprouvera aucune haine à l'égard des Friponnes mais pourra leur jouer un bon tour (là, je sèche un peu pour les exemples...)

Elle sera remplacée au sein du Grand Conseil par ce bon vieux Fronin qui ne manquera pas d'en faire reproche aux Friponnes :

"J'ai une fille à regarder grandir, des gens à soigner, un recueil de poésie à terminer et pas de temps à perdre dans des réunions interminables d'où rien ne sort jamais. Même rude, le Borênan que je fus reste toujours courtois mais la vérité m'oblige à vous le dire, votre Elianelle commence à me les briser menues". (Tribute to Michel Audiard).


Note : Un certains nombre de notions (Fuite des démons, grande purge, Guerre civile sur Verrou...) citées dans ce billet seront développées plus tard. 

Cet article est dédié à JC Nau, dont la Friponne, la merveilleuse Améthyste, serait sans aucun doute tombée amoureuse de cette harpie d'Elianelle. Si seulement cet article pouvait te faire revenir à ma table, JC !

Dernière MAJ le 01/02/2021 

Aucun commentaire: